FULL MOON

ENGLISH

I photograph these landscapes using film, with a 4×5 inch large format camera, on nights when the moon is full or almost full.

I look for sites far from towns and cities, where the influence of artificial light is inexistant or very limited so as to favour the silence and the mystery of the night enhanced by the moonlight. I also look for the sense of slowness, as opposed to the fast pace of my commissioned work.

For night sight, the human eye uses rods: cells at the back of the retina very sensitive to dim light but insensitive to colours. Shades of dark gray and black prevail, and shapes and volumes are hard to distinguish. The film captures forms and tones that often I did not see when shooting.

The exposure time is very long, somewhere around 10 minutes. Most of the times I am alone when shooting, time stretches and light hardly changes. The silence is deep, I can almost hear the pulse of the universe. I feel very small facing the cosmos. I feel metaphysical vertigo and I have the pleasant feeling of merging with space-time.                                                                                                                                                                                                                                   (project started in 2004)

 

FRANÇAIS

Il s’agit de paysages nocturnes que je photographie en argentique, à la chambre 4×5, par des nuits de pleine lune ou presque.

Je recherche des lieux éloignés des grandes villes pour privilégier le mystère et le silence de la nuit, exacerbés par l’éclairage de la lune, afin que l’influence des lumières artificielles soit nulle ou très ponctuelle. Je recherche aussi la lenteur, que je tente d’évoquer dans ces images, par opposition au rythme imposé de mes travaux de commande.

Pour voir la nuit, l’oeil humain utilise les bâtonnets: des cellules au fond de la rétine très sensibles à la faible lumière, mais peu sensibles aux couleurs. Les tons de gris sombres et noirs prédominent, on distingue mal les volumes. La pellicule restitue ensuite des formes et des nuances que souvent je n’ai pas vues au moment de la prise de vue.

Le temps de pose est très long, au tour de 10 minutes. Je suis souvent seul, le temps s’étire, la lumière ne change pratiquement pas. Le silence est profond, j’entends presque le pouls de l’univers, je me sens tout petit face au cosmos, j’ai des vertiges métaphysiques et j’ai l’agréable sensation de me fondre dans l’espace-temps.                                                                                                                                                                     (commencé en 2004)